Chers amis lecteurs,

Vous n’êtes pas sans savoir que la Colombie et plus particulièrement le Brésil ont récemment été touchés par un terrible évènement.

Le club de foot brésilien de Chapecó, une petite équipe en pleine ascension, était à bord d’un avion lorsqu’il s’est tristement écrasé à 50 kilomètres de sa destination dans une région montagneuse de la Colombie le 28 novembre 2016.

Footballeurs lors de la Copa Sudamericana

Le club de Chapecoense en finale de la Copa sudamericana dont la plupart des joueurs ont péri le 28 novembre dans l’écrasement d’un avion près de Medellin en Colombie. Photo AFP.

L’équipe qui se faisaient surnommer “Leicester Brésilien” s’était qualifiée le 23 novembre dernier pour la finale de la Copa Sudamericana. Ils étaient en route pour le match aller, qui devait se dérouler à Medellin face au club colombien de l’Atlético Nacional, au nord-ouest du pays. Le match retour était prévu pour le 6 décembre 2016.

71 personnes ont perdu la vie dans ce malheureux accident, et seules 6 personnes ont échappé à ce drame : trois footballeurs, un journaliste et deux membres d’équipage dont un technicien.

La compagnie aérienne bolivienne LaMia avait été choisie par le directeur technique du club Chapecoense, Mauro Stumpf, et les raisons de ce drame ne sont pas encore connues. Cependant, les conditions météorologiques et la panne de carburant pourraient en être la cause.

Une commission de procureurs boliviens, brésiliens et colombiens a été constituée pour enquêter sur le crash d’avion. Les autorités ont, jusqu’à maintenant, perquisitionné les bureaux de l’Administration des aéroports et services auxiliaires à la navigation aérienne (AASANA) et ont interpellé la secrétaire et le chef mécanicien de la compagnie de charters, ainsi que le directeur de la compagnie aérienne, Gustavo Vargas. Selon  ce dernier, l’appareil n’a pas respecté le plan d’approvisionnement en essence en omettant une escale prévue à Cobija, ville bolivienne frontalière du Brésil, ou à Bogotá.

L’enquête est toujours en cours et les conclusions des investigations ne sont pas attendues avant six mois. Cependant, la licence de vol de Lamia a été suspendue par La Paz.

Les colombiens ont tout de suite réagi à la nouvelle en priant et en partageant la douleur des brésiliens. Le football peut quelquefois être source de rivalité mais nous savons qu’il a également un grand pouvoir fédérateur. Ce sport étant une quasi-religion au Brésil, toutes les équipes de football mondiales ont effectué une minute de silence en leur hommage et certains matchs ont été annulés.

Dans un élan de solidarité et de tristesse, l’équipe adversaire, les Atlético Nacional a demandé aux organisateurs de décerner la victoire de la coupe à l’équipe de Chapecoense en guise d’hommage. Ce geste leur a permis d’être récompensé par le prix du” Centenaire de la CONMEBOL au fair-play”.

Beaucoup d’internautes et de personnalités sportives ont également exprimé leur soutien à travers des posts ou des tweets comme Casillas, l’équipe de Chelsea ou même l’équipe d’Arsenal. C’est au travers d’Internet et des réseaux sociaux que l’on peut également sentir toute cette entraide pour surmonter ce triste évènement. 

Suite à ce drame douloureux, qui marquera la petite ville de Chapecó à jamais, nous tenons à communiquer nos sincères condoléances à toutes les familles, amis et proches des victimes. Nous sommes nous aussi attristés par cette nouvelle et pensons aux brésiliens et colombiens touchés par cet accident d’avion.

 

Hommage aux victimes, crash d'avion, Club Chapecoense, un homme tient une photo d'un joueur

Lors de l’hommage rendu samedi aux victimes du crash de l’avion en Colombie qui a décimé 50 joueurs, membres du staff et dirigeants du club de Chapecoense, qui devait disputer la première finale continentale de son histoire à Medellin. Photo AFP

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer